Maîtriser les risques des stations de traitement STEP et STEU

Chiffres clés du projet

730
Md€

de litres d’eaux usées sont rejetées chaque année dans la nature au niveau mondial à cause de fuites ou de manque de stations dépurations alors que la nature ne peut évaporer naturellement que la moitié

3150

stations d’épuration soumises à l’arrêté français du 21 Juillet 2015 dont plus de 2100 inférieures à 10 000 équivalents-habitants

25

Ingénieurs Bertin mobilisables sur le sujet

Nous analysons les risques des stations de traitement pour mise en conformité avec l’arrêté français du 21 Juillet 2015

L’arrêté du 21 JUILLET 2015 impose aux stations d’épuration des eaux usées françaises une analyse visant à minimiser les risques de perte d’épuration et les risques aux personnes.  La filiale du Groupe CNIM, Bertin Technologies, expert en maitrise des risques, accompagne ses clients pour la réalisation de ce type d’études, jusqu’à la préconisation de mesures concrètes.

Réduire les risques pour les personnes et l’environnement

L’arrêté du 21 JUILLET 2015 relatif aux système d’assainissement collectif impose aux stations d’épuration des eaux usées en service à cette date et ayant une capacité de traitement supérieur à 2000 équivalent habitant la réalisation, sous deux ans, d’une analyse des risques visant à réduire les risques de perte d’épuration (risque environnemental) et les risques aux personnes.

Une approche moins contraignante pour l’exploitant

Bertin Technologies, expert de la maîtrise des risques, a développé une approche générique pour les stations d’épuration présentant des caractéristiques similaires. Cette approche permet de minimiser les temps de sollicitation de l’exploitant tout en conservant la profondeur d’analyse indispensable à ce type d’étude.

Des mesures concrètes pour améliorer les stations

L’approche a été utilisée à plusieurs reprises sur des stations d’épuration (STEP). Ainsi, une STEP de 18 000 E.H à filière "boue activée" a été étudiée. Elle comprenait une table d'égouttage, un filtre à plateau pour la filière boue, une installation de traitement des graisses (Boilix), une fosse de réception des matières de vidanges et une désodorisation physico-chimique. Elle a permis :

  • l’apport d’un œil externe expert et critique ;
  • la formalisation d’un plan d’action pragmatique et prenant en compte les réalités du terrain. Celui-ci intègre des mesures :
    - humaines (Procédures de maintenance, de test, de vérification, ,formation …)
    - organisationnelles (Maintenance, gestion des stocks, des situations de crise…)
    - techniques (Ajouts d’équipements, de sécurités, modification des automatismes...)
  • La présentation des améliorations possibles à la collectivité et de l’amélioration continue à mettre en place.

Une autre STEP de 3 500 E.H du même type (boues activées + table d'égouttage + désodorisation sur filtre à charbon actifs) a été récemment traitée. Cinq autres sites sont en cours d'études (de 4100 à 77 000 E.H), répartis sur l'ensemble du territoire français.