La biomasse à toute vapeur

Chiffres clés du projet

106
K

MWhe de production électrique par an

168
K

tonnes de biomasse par an alimentent l’usine

65

à 95 000 MWhth de production vapeur par an

A Estrées-Mons dans la Somme, CNIM a co-financé, conçu, réalisé et livré en 2014 à son client Akuo Energy, premier producteur indépendant d'énergie renouvelable en France, une centrale de cogénération biomasse bois. L’usine produit de l’électricité qui est injectée sur le réseau RTE ainsi que de la vapeur qui alimente l’usine Bonduelle voisine, la plus grande conserverie de légumes au monde. CNIM a démontré sa capacité d’accompagner son client tout au long du projet, jusqu’à l’exploitation de la centrale qui lui a été confiée pour vingt ans.

Le secret d’un bon petit pois ? De l’eau, beaucoup d’eau et notamment sous forme de vapeur ! Pour son approvisionnement en vapeur, nécessaire aux étapes de lavage, pelage, cuisson et stérilisation des légumes, l’usine Bonduelle fait appel à la centrale Cogénération Biomasse d’Estrées-Mons (CBEM) voisine.

Projet lauréat de l’appel d’offres CRE 3 en 2010, la centrale CBEM alimente en électricité l’équivalent de 40 000 habitants. Fort de sa capacité à intégrer l’ensemble du processus, depuis la conception du projet jusqu’à l’approvisionnement de la centrale en bois et son exploitation, CNIM a continué d’optimiser le fonctionnement et les performances de l’installation pendant la phase d’exploitation. Afin de s’assurer du bon déroulement du contrat, CNIM est aussi actionnaire minoritaire de la société de projet mise en place.

Photo © Frédéric Douard

Un dialogue permanent entre les partenaires du projet

Le dialogue permanent entre CNIM et la Société d'Approvisionnement en Biomasse Énergie des Hauts de France (SABEHF), elle-même filiale d’Akuo Biomass, a permis d’aboutir à un dispositif optimal alliant performance énergétique et environnementale.

CNIM et SABEFH ont travaillé simultanément et de manière itérative sur l’optimisation de la qualité de la biomasse et du process de la chaudière. Conformément aux exigences du plan d’approvisionnement déposé en préfecture, SABEFH a sélectionné une biomasse produite dans un rayon de 250 km autour du site, issue pour partie de déchets de l’industrie agro-forestière et particulièrement adaptée au process « spreader stoker » de la chaudière. Résultat, les performances du process ont été considérablement améliorées. Elles font désormais figure de référence, notamment lorsqu’elles sont comparées avec des technologies concurrentes.

Les performances environnementales de l’usine ont également été impactées et vont au-delà des exigences requises par la réglementation en évitant notamment l’émission de 82 380 tonnes de C02. Enfin, bénéfice supplémentaire, l’usine affiche aujourd’hui un taux de disponibilité de 98% hors arrêts programmés.

« CNIM a su répondre à nos enjeux de production d’énergie verte grâce à sa maîtrise de l’ensemble du cycle de vie du projet »

Jean-Luc Kwantes
Directeur des opérations, Akuo Energy

Un process adapté à la saisonnalité des récoltes

Autre spécificité du projet, la culture légumière étant soumise aux aléas des récoltes, elle connaît un pic d’activité entre juin et août. La chaudière de CBEM doit donc pouvoir s’adapter au caractère cyclique des besoins de Bonduelle en vapeur : « le process de la chaudière de CBEM et les modes de régulation ont été adaptés et optimisés pour répondre aux fortes variations de charges et aux appels brutaux de vapeur » souligne Jean-François Saujet, chef de projet CNIM, qui ajoute que « des groupes de travail ont été constitués en amont avec Bonduelle afin d’anticiper ces phases. »

Le triple positionnement de CNIM à la fois comme constructeur, exploitant et actionnaire permet d’offrir à son client Akuo Energy un accompagnement optimal de son projet et de s’inscrire dans un dynamique de progrès et d’optimisation de ses compétences. Enfin, soulignons que grâce à l'usage de vapeur d'origine biomasse, Bonduelle réduit son empreinte environnementale en évitant l’émission de près de 23 500 tonnes de CO2 chaque année et en divisant pratiquement par deux ses émissions de gaz à effet de serre.