Géothermie : CNIM pionnier dans la valorisation de l’eau à 38°C sortie des puits

La ville de Klaipèda en Lituanie a utilisé pendant près de 20 ans une importante centrale de chauffage géothermique. Initiée par un démonstrateur financé par la Banque Mondiale au début des années 2000, une usine, dotée de quatre pompes à chaleur à absorption CNIM, a fourni 50 MW au réseau de chaleur de la ville.

Chiffres clés

50
MW

de production d’énergie

4

Puits exploités entre 2000 et 2018

1

Système complet de récupération de chaleur

Une production de chaleur par refroidissement des eaux du sous-sol

Située au bord de la mer Baltique, la ville de Klaipėda (190 000 habitants) s’est dotée il y a 20 ans d’un réseau de chaleur alimenté par énergie géothermique. La chaleur était produite par refroidissement des eaux sous-terraines. Dans les années 2000, un démonstrateur financé par la Banque Mondiale a été testé avec des équipements CNIM, pour doter une usine des pompes nécessaires à l’extraction et au refroidissement. (Photo: Port de Klaipèda en Lituanie)

BCP_PAC - Port de Klaipèda.jpg

4 x 12,5 MW fournies par des pompes à chaleur à absorption

L'énergie était produite à l'aide de pompes à chaleur à absorption qui utilisaient de l'eau provenant de puits géothermiques forés dans un aquifère* à 1 100 mètres de profondeur. Circulant en boucle fermée, l’eau, une fois refroidie était réinjectée dans l'aquifère. * Un aquifère est une formation géologique ou une roche, suffisamment poreuse ou fissurée pour stocker de grandes quantités d'eau, et suffisamment perméable pour que l'eau puisse y circuler librement. (source Wikipédia).

Cette source géothermique était trop froide pour être utilisée directement pour chauffer l’eau de chauffage et nécessitait l’utilisation de pompes à chaleur pour remonter leur température. Les quatre machines CNIM ont fourni ainsi chacune 12,5 MW, soit un total de 50 MW pour le réseau de chaleur de la ville, en captant la chaleur disponible dans la source géothermique de 38°C.

Photo: 4 pompes à chaleur à absorption CNIM

BCP_PAC - 4 pompes à chaleur à absorption CNIM.jpg

Des matériaux haute performance pour lutter contre la corrosion

Plusieurs défis technologiques avaient dû être résolus. Des difficultés liées à la corrosion des sous-systèmes en contact direct avec l’eau avaient été rencontrées, du fait de la précipitation de gypse obstruant les tubes de la boucle de surface et des pompes à chaleur. Des problèmes surmontés par l’emploi de matériaux spéciaux, notamment le titane.

Une installation écologique

Les impacts sur l'environnement ont été positifs : réduction de l’utilisation de combustibles fossiles ; et une diminution annuelle des émissions de CO2 et de NOx (oxyde d’azote), respectivement de 52 000 et 270 tonnes (selon une publication du Proceedings World Geothermal Congress).