Déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI)

Ces déchets hospitaliers comprennent tous les déchets produits lors d’activités de soins ou d’analyse et en particulier ceux présentant un risque potentiel infectieux.

Une élimination incorrecte de ces déchets représente un danger pour le personnel soignant, les  gestionnaires  de  déchets, les patients et leur entourage, et par extension l’ensemble de la population. Une gestion inadaptée de ces déchets hospitaliers présente également un risque de contamination et de pollution de l’environnement par des éléments pathogènes. Compte tenu de l’efficacité de la combustion pour la destruction de ces composés, la réglementation autorise la co-incinération des DASRI en mélange avec les ordures ménagères dans les CVE sous certaines conditions d’exploitation.

CNIM propose des solutions de traitement des déchets hospitaliers par co-incinération soit sur des CVE neufs, soit lors de travaux de rénovation de CVE existants. Elles reposent sur :

  • sa capacité de conception pour permettre la manutention et l’introduction automatique des déchets dans les fours évitant tout contact avec le personnel ;
  • sa capacité de conception pour assurer une combustion complète et continue (durée et température suffisantes pour garantir leur destruction) ;
  •  son savoir-faire d’exploitant, indispensable pour atteindre une combustion et des émissions conformes à la réglementation ;
  • une maintenance régulière, remplacement / réparation des équipements défectueux, enregistrement et conservation des données concernant le matériel et les interventions effectuées ;
  • la formation du personnel d’opération, renforcée par des certifications et de programmes d’inspections.

CNIM dispose d’une expérience de longue date dans la co-incinération des déchets médicaux contaminés avec les déchets ménagers (citons les références des usines de Piacenza, Toulouse, Toulon, Bakou… par exemple).

Les différentes étapes du processus mis en œuvre par CNIM sont :

  • Étape 1 : en fonction de leur nature, les déchets médicaux sont stockés dans des emballages rigides, fermés et complètement étanches de manière à préserver leur intégrité et éviter l’exposition directe au personnel médical.
  • Étape 2 : ainsi conditionnés, ils sont manutentionnés et chargés dans des conteneurs adaptés.
  • Étape 3 : ces conteneurs sont regroupés et acheminés par des transporteurs spécialisés vers l’usine d’incinération des déchets ménagers. A l’entrée du site, leur éventuelle radioactivité est contrôlée ; ils sont pesés à l’aide d’un pont-bascule puis identifiés.
  • Étape 4 : en l’absence de toute radioactivité, les conteneurs sont stockés par les agents dans une zone qui leur est réservée.
  • Étape 5 : les conteneurs sont transférés grâce à un système aérien automatique de convoyeurs et d’ascenseurs pour être placés au-dessus du niveau de la trémie du four d’incinération.
  • Étape 6 : les conteneurs sont renversés automatiquement de manière à libérer les déchets dans la trémie de la chaudière pour permettre leur combustion en mélange avec les ordures ménagères tout en évitant toute manipulation ou contact par le personnel.
  • Étape 7 : les conteneurs sont ensuite acheminés sans intervention manuelle vers une machine à laver où ils sont nettoyés et désinfectés.
  • Étape 8 : ainsi vidés, nettoyés et désinfectés, les conteneurs sont entreposés dans une zone spécifique avant d’être renvoyés vers les établissements de santé.

Les conditions d’incinération des déchets hospitaliers sont les mêmes que celles des déchets ménagers municipaux. Leur quantité est limitée à 10% de la quantité totale de déchets à incinérer de manière à attendre des conditions optimales de combustion :

  • une température supérieure à  850°C lors de l’introduction des déchets,
  • dans la chambre de combustion, la température des fumées doit être portée à plus de 850°C pendant deux secondes comme requis par la réglementation.

Le traitement des fumées est identique à celui mis en œuvre pour les déchets ménagers, conformément à la directive européenne sur les Emissions Industrielles (IED) qui a remplacé celle sur l’incinération des déchets (Waste Incineration Directive).

Outre la destruction des éléments pathogènes, ce procédé assure aussi la valorisation énergétique de ces DASRI. Celle-ci est conséquente, compte tenu du haut pouvoir calorifique de ce type de déchets.

La filiale Bertin propose également un système de pré-traitement de désinfection au sein de l’établissement médical.
Le procédé permet de banaliser les déchets et facilite son transport et son traitement ultérieur.

En savoir plus.

Contactez-nous

Vous souhaitez plus d'informations, contactez-nous !

* champs obligatoires